L’été est la période idéale pour se ressourcer pleinement et refaire ses forces, autant physique qu’émotionnelle, psychologique et, pourquoi pas, spirituelle. Et pour ce faire, je vous propose un exercice de contemplation tout simple. Après l’avoir mis en pratique, vous pourrez même l’adapter afin qu’elle fasse partie intégrante de votre pratique quotidienne.

 

« L’été, l’été, c’est fait pour jouer », nous chantaient Canelle et Pruneau dans l’émission télé Passe-Partout. C’est également la période idéale pour se ressourcer pleinement, refaire ses forces, autant physique qu’émotionnelle, psychologique et, pourquoi pas, spirituelle, et ce, non pas dans le sens populaire d’une nouvelle forme de religion, de la dernière croyance à la saveur du mois ou encore de se bourrer l’aura des toutes dernières recettes de prana sans-gluten mais plutôt dans le sens de sacré, qui consiste, nous dit Paulo Coelho dans Le pelerin de Compostelle, à puiser dans ce que nous avons l’habitude de regarder tous les jours, les secrets que la routine nous empêche de voir. Le sacré, c’est la qualité d’attention que l’on porte aux choses de son quotidien, aux tâches ordinaires de la vie.

On pourrait également l’appeler l’E.N.V.I.E. soit l’Expérience Nouvelle de Vie Intérieure Extraordinaire ! Extra-ordinaire, dans le sens de super ordinaire. Tiens, ça me rappelle une discussion que j’ai eue dernièrement avec un ami qui prend sa spiritualité très, très, très au sérieux. Son but ultime dans la vie, disait-il, était, en quelque sorte, de « marcher sur l’eau ». Je lui ai répondu à la blague de cesser de se torturer l’aura et de tout simplement sortir marcher lorsqu’il pleut ! Il en est resté dubitatif !

 

Créer l’espace intérieur

Pour vivre l’E.N.V.I.E., je vous propose un exercice de contemplation tout simple. Promettez-moi d’approcher cet exercice comme un plaisir sinon vous allez vous empêtrer dans votre mental et vouloir fonder votre propre secte.

Tout d’abord, il faut apprendre à se détendre. La relaxation permet ainsi à l’esprit de se vider, d’aller au-delà de nos zones de confort, d’accepter d’être surpris par l’inconnu.

Déposez votre regard sur l’horizon devant vous, puis écoutez avec attention, ressentez, observez ce qui bouge en vous, sans chercher à expliquer et trouver un sens métaphysique à tout ce qui se produit. Assistez tout simplement au spectacle de la Vie qui se déploie autour de vous, en vous, de façon tout à fait impersonnelle; que vous y soyiez ou non, elle EST. Cultivez ce sens de l’émerveillement devant le cœur de la vie qui bat.

Si vous êtes en pleine nature, portez attention sur les différents chants d’oiseaux, les insectes, le bruissement des feuilles dans le vent. Écoutez l’intérieur des choses, sentez la nature résonner au fond de vous, sans aucun but précis. Ne cherchez pas à avoir des révélations, à vivre une expérience quelconque. Ces pensées et désirs sont tout simplement un piège de votre mental, le besoin de votre égo de vous faire sentir différent ou mieux que les autres.

Au fait, avez-vous déjà observé en toute conscience un violent orage électrique, un chaud soir d’été ? C’est un spectacle tout à fait extraordinaire ! C’est cette même force, cette même puissance qui vous habite et qu’en secret, vous cherchez à vivre dans votre quête de conscience alors qu’en réalité, vous vous déniez en vous nourrissant de toutes sortes de distractions toutes aussi ésotériques les unes que les autres.

 

L’écoute, une clé!

Alors que l’œil nous amène dans le monde, l’oreille amène le monde en nous. Dans un monde obnubilé par le regard, l’apparence, cultiver l’écoute ramène une forme d’équilibre en soi, une harmonie entre le monde extérieur et le monde intérieur; le quanta et le qualia. Avez-vous déjà réalisé qu’alors que la vue délimite notre champ de vision à l’espace devant soi, l’ouïe nous permet d’entendre à 360 degrés autour de nous ?

 

« Dans cet espace immense qu’est l’Univers, l’homme est une sorte d’antenne vivante, un instrument qui reçoit et transforme des impressions. Il devient des plus essentiels à notre développement de trouver le silence qui nous sensibilisera à ces signaux et d’apprendre à les écouter. »

 

Cette citation de David Hykes, le créateur du Harmonic Choir, est pour moi une grande source d’inspiration.  Elle illustre parfaitement la relation qui existe entre le silence, l’art de l’écoute et la Création. C’est cette même qualité d’écoute qui nous permet d’avoir accès à la créativité, à l’intuition, au monde invisible qu’on recherche inlassablement hors de soi, dans un ailleurs quelconque alors qu’il se trouve déjà présent en nous.

L’écoute en pleine conscience nous permet également de renouveler notre regard et nos perspectives sur la vie pour mieux se transformer et voir ainsi le monde autour de soi sous un jour nouveau. On ne peut rien changer autour de soi tant qu’on ne réalise pas que le monde dans lequel on vit est en nous.

 

La conscience, c’est la science d’être!

Lorsque vous aurez appris à écouter la nature, à ressentir sa résonance en vous, refaites l’exercice sur une terrasse bondée, en plein centre-ville ou dans quel qu’endroits qui, à prime abord, ne vous semble aucunement propice à développer une conscience accrue. Vivre en conscience, ce n’est pas seulement s’exiler et aller faire léviter des roches au fin fond des bois, loin de toute civilisation. C’est aussi le quotidien, l’heure de pointe, les ralentissements dans le métro, les files d’attente à l’épicerie.

En terminant, je vous propose la méditation suivante pour approfondir cet exercice. Après l’avoir mis en pratique, vous pourrez l’adapter afin qu’elle fasse partie intégrante de votre pratique quotidienne. Vos vacances terminées, de retour au travail, faites-en l’expérience durant le trajet matinal qui vous mène au boulot, durant vos pauses et au retour à la maison; observez les subtiles transformations qui se produisent en vous au fil des jours et des semaines. N’oubliez jamais la notion de plaisir ! Vous m’en donnerez des nouvelles. Vous découvrirez alors que la science de la Conscience est bien au-delà des grandes formules théoriques et des expressions qui n’ont souvent pour but qu’enrichir votre vocabulaire de mots « compte triple » au scrabble !

 

La méditation du Témoin

Nous vivons tous, sans vraiment le réaliser, dans un univers fragmenté, brisé, en dualité. Le monde est alors divisé entre sujet et objet. Moi versus l’autre, le monde intérieur en opposition au monde extérieur. C’est dans cet espace béant entre sujet et objet que repose toute la misère humaine. C’est la division entre l’observateur et ce qui est observé. Mais comment parvenir à cet état de pleine conscience cosmique ou d’amour rayonnant? En plongeant, en questionnant l’observateur et ce qui est observé, pour qu’ils finissent tous deux par s’unir et devenir UN.

 

Prenez d’abord trois grandes et lentes respirations, sans forcer, tout simplement, en étant pleinement conscience de l’air qui entre et sort de vous.

Trouvez la paix de l’esprit. Faites le calme dans vos pensées.

Faites taire votre mental.

Laissez votre esprit se détendre et prendre de l’expansion.

Laissez-le se fondre dans le ciel que vous regardez devant vous.

Puis, remarquez : les nuages flottent dans le bleu du ciel et, sans faire aucun effort, vous en êtes conscients.

Les émotions circulent dans votre corps et, sans faire aucun effort, vous en êtes conscients.

Les pensées inondent votre esprit et vous en êtes également conscients.

La nature bouge autour de vous, les sentiments circulent en vous et les pensées vont et viennent… et vous êtes conscients de tout cela, sans faire aucun effort.

Alors dites-moi : qui êtes-vous ?

Vous n’êtes pas vos pensées car vous êtes conscients d’elles.

Vous n’êtes pas vos émotions car vous êtes également conscients d’elles.

Vous n’êtes pas non plus ces objets que vous pouvez voir car vous êtes conscients d’eux également.

Quelqu’un en vous est conscient de toutes ces choses.

Alors dites-moi : quelle est cette personne en vous qui es consciente de tout ces choses ?

Qu’est-ce qui, en vous, est toujours éveillé, toujours pleinement dans le moment présent ?

En ce moment, il y a quelque chose, quelqu’un en vous qui observe tout ce qui survient sans faire aucun effort ?

Qu’est-ce que c’est ?

Qui est-ce ?

Qui est ce Témoin ?

Vous êtes ce Témoin, non ?

Vous êtes cet observateur, cette pure conscience, ce pur esprit qui observe de manière impartiale toute chose qui arrive instant après instant.

Votre conscience est immensité, vide et clarté, et pourtant elle enregistre tout ce qui survient.

Laissez-le grandir, se déployer en vous, devenir complètement vous…

 

Après quelque temps de contemplation dans cet espace intérieur, prenez une lente et grande respiration, ouvrez les yeux et revenez progressivement à vos activités…

Sur ce, je vous souhaite un très belle été et surtout beaucoup de plaisir et de découverte avec cet exercice. N’hésitez pas à me partager vos commentaires et vos expériences ; il me fera plaisir de vous lire !

 

©2017 Gilles Bébard | Création du site : ChampionWeb.ca

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?